L'étiquette en aïkido

Du savoir-être au dojo

Comme dans tous les budos, l'étiquette, ou reishiki, a une importance particulière en aïkido.
 
En effet, les arts martiaux reproduisent des situations de combat dans un cadre pacifique, en cela comparable à l'entrainement sportif. L'étiquette vise à garantir l'intégrité physique de l'adversaire, notamment :
 

  • éviter les blessures physiques et mentales

  • éviter les situations de domination des pratiquants

  • garder à l'esprit que l'on adopte une situation de combat, ce qui fait la différence avec d'autres activités sportives.

aikido-1-680_229.jpg

Pratiquer l’aïkido suppose l'acquisition d'une méthode et d'un esprit permettant de faire face avec calme à toutes espèces d'agression,ce qui ne signifie pas qu'il faut répondre à tout acte de violence par un autre acte de violence car, outre l'aspect dangereux d'une telle situation, l'attitude belliqueuse des protagonistes mènerait dans la direction opposée a celle que propose l’aïkido. L’aïkido au contraire, propose de remettre, dans la mesure du possible, les choses en ordre, en équilibre, alors que toute querelle ou agression est source de désordre.
 
Par la technique, par le comportement et par le mental de ses adeptes, l’aïkido veut obtenir que cesse le désordre et la violence. Réaliser une réconciliation en remportant d'abord une victoire sur soi et agir ensuite avec fermeté sur l'autre pour le remettre sur la bonne voie, tel est le propos de l’aïkido.
Le respect de l'étiquette et la pratique du rituel permettent précisément d'atteindre cette manière d'être pour soi et dans ses relations avec les autres ou avec le monde. Se bien comporter avec les autres en toute occasion est déjà un perfectionnement et, dans les arts de combat, l'étiquette aide a y parvenir.
Le salut face au partenaire, s'il ne correspond plus a une véritable éducation morale ou s'il est abandonné, transforme le combat sur le tatami en un véritable pugilat ou en un combat de rue.
L'étiquette et le rituel sont les formes extérieures du respect profond que l'on a pour ses partenaires et l'affirmation de la maîtrise que l'on a sur son propre corps.

Position assise - Seiza

En position seiza, dans ce monde calme du dojo, les sens s'exercent en dehors du temps passé ou a venir;ils vivent le présent, c'est le présent a soi, a l'instant.

  • On voit sans regarder et les yeux ne se fixent pas sur un objet quelconque, au détriment des autres sens.

  • On entend sans écouter et l'oreille ne s'attache pas a saisir un bruit qui troublerait le moment présent.

  • On ressent, en laissant passer les sensations, comme on pense sans s'attacher aux pensées.

  • On vit le moment présent, fait d'un ensemble de perceptions, d'images, de sensations et de sentiments divers que nous donne chacun de nos sens pris séparément.

Le silence ambiant et l'immobilité de chacun ont leur utilité et leur importance, celle de ne pas distraire de la posture, de la présence a soi, d'abord, aux autres ensuite, au moment présent enfin.
La maîtrise des émotions semble impossible a acquérir si le corps n'est pas habitué a se mettre en état de réceptivité qui lui permet de recueillir immédiatement, en une seule perception, toute la gamme des renseignements que lui donnent ses sens vigilants.
Prendre la posture seiza, c'est suivre le chemin tracé par des siècles de culture orientale qui ramène l'homme près de son centre en lui rendant son identité, ses moyens, ses forces vives et toute sa puissance.

reishiki-seiza13_680_292.jpg

Le Reishiki consiste en « l'étiquette » à respecter sur le tatami et aussi hors de celui-ci.  Nous avons tous à y gagner, une posture et une attitude correctes permettent de pratiquer dans le respect de l'intégrité physique d'autrui mais assure aussi une plus grande attention à l'enseignement donné.  En outre, cela contribue à renforcer la réputation de notre fédération à l'égard des Shihans internationaux.

Le Reïshiki ou l'étiquette est une composante essentielle de notre discipline parce qu'elle invite tout pratiquant à manifester un certain esprit de rigueur, de respect, de considération et de maîtrise.  Naturellement, les Senseïs japonais et les Shihans en général apprécient que le Reïshiki soit scrupuleusement respecté.  Nous avons malheureusement observé lors de nos stages fédéraux, une dérive des comportements et attitudes s'éloignant du Reïshiki.  Il semble nécessaire pour certains d'entre vous de rappeler les quelques règles qui suivent. Il est précisé qu'il s'agit d'une liste non exhaustive de règles.

1. En montant sur le tatami et en le quittant, il est indispensable de saluer le Kamiza.  Il en va de même lorsque vous rentrez ou sortez du Dojo (de la salle).
2. Respectez votre équipement. La tenue d'entraînement doit être propre et en bon état, les armes rangées lorsqu'elles ne sont pas utilisées.
3. Demander l'autorisation pour vous servir d'armes ou d'objets qui ne vous appartiennent pas.
4. Quelques minutes avant la pratique, vous devez être échauffé, assis en seiza, tous sur une même ligne. Ces quelques minutes permettent à votre esprit de faire le vide, de se débarrasser des problèmes de la journée et préparent à l’étude.
5. Le cours commence et se termine par un cérémonial formel. Il est essentiel d'arriver à l'heure pour y participer, mais si vous arrivez en retard, il est d'usage d'attendre à côté du tatami jusqu'à ce que le professeur (ou un responsable en stage) vous fasse un salut d'invitation. Saluez à genoux en montant sur le tatami.  Veillez à ne pas perturber le cours.
6. La façon correcte de s'asseoir sur le tatami est d'adopter la posture en seiza tout en veillant à être disponible à chaque instant (pour servir d'Uke par exemple). En cas de blessure ou d'incapacité de tenir la position seiza, la position du « tailleur » est autorisée et dans ce cas il faut se faire discret (évitez la première ligne).  N’allongez jamais les jambes et ne vous adossez pas au mur ou à un poteau.
7. Ne quittez pas le tatami pendant le cours, sauf en cas de malaise ou de blessure. Et dans ce cas, informez toujours le professeur ou un responsable.
8. Pendant que le professeur montre une technique, restez assis en seiza et regardez attentivement. Après la démonstration, saluez le professeur, puis saluez un partenaire et commencez à travailler la technique démontrée.
9. Dès que la fin de l'exercice est annoncée, arrêtez immédiatement votre mouvement, saluez votre partenaire et rasseyez-vous rapidement en ligne, en seiza, avec les autres pratiquants.

10. Ne restez jamais debout sur le tapis sans travailler. S’il le faut, restez en seiza en attendant votre tour.
11. Le dojo est un lieu d'étude et de pratique, veillez à y respecter le silence.
12. Ne croisez JAMAIS les bras.
13. Si vous voulez poser une question à votre professeur, ne l'appelez jamais ; mais dirigez-vous vers lui pour lui parler après l'avoir salué debout et attendez qu’il soit disponible.
14. Quand le professeur vous montre un mouvement en particulier pendant le cours, mettez-vous en seiza, et saluez lorsqu'il a terminé.  Quand il corrige un autre pratiquant, vous pouvez vous arrêter de travailler pour regarder. Asseyez-vous en seiza et saluez, de même.
15. Respectez les pratiquants les plus gradés. Évitez de partager vos points de vue pour expliquer une technique.
16. Vous êtes là pour travailler, non pour imposer vos idées aux autres.
17. Si vous travaillez avec quelqu'un qui ne connaît pas le mouvement, vous pouvez le guider. Mais n'essayez jamais de corriger son mouvement si vous n'avez pas votre 1er Dan (ceinture noire).
18. Ne vous prélassez pas sur le tapis avant ou après le cours. II est réservé à ceux qui désirent pratiquer.
19. Le tatami doit être nettoyé avant et après le cours ; le dojo doit être bien tenu. Tous les pratiquants doivent se sentir concernés par le nettoyage.
20. Il est interdit de manger, boire, fumer dans un dojo.
21. Les ongles des mains et des pieds sont propres et coupés suffisamment courts.  Le port de bijoux est interdit et les GSM sont coupés au fond des sacs.
22. On dit habituellement «Onegaï shimasu» (litt. : faites-moi cette faveur, s’il vous plaît) au moment du salut du début du cours et «(Domo) arigatoo gozaïmashita» (merci (beaucoup)) en fin de cours.
23. II convient de faire son possible pour respecter l’harmonie du dojo et donner de la plénitude à la pratique.

 

30424825_10216338844011516_7218372017988318148_o_edited.jpg
 

Et pour les spectateurs ?

Vous pouvez inviter quiconque à venir regarder un cours à n’importe quel moment à condition que les règles suivantes soient observées :
1. Prenez place avec discrétion, dos à n’importe quel mur sauf au Kamiza où est affiché la photo de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido.

2. Ne posez jamais les jambes sur un meuble et n’adoptez pas une position semi-allongée.

3. Il est interdit de boire ou de manger pendant les cours.

4. La discrétion maximum est de rigueur. Ainsi, parlez à voix basse et saluez les personnes que vous connaissez sur le tatami à distance et discrètement.
5. Ne parlez à personne se trouvant sur le tapis.

6. Durant les saluts généraux de début et de fin de cours, tenez-vous debout et silencieux.  Vous pouvez participer au salut en même temps que les pratiquants en vous inclinant légèrement, debout à votre place.
7. Ne vous promenez pas pendant que le professeur montre ou corrige un mouvement.

8. Coupez votre GSM et ne l'utilisez pas dans le dojo.